Après avoir fait l’unanimité auprès du public avec deux films bourré d’actions, Keanu Reeves revient cette année avec John Wick Parabellum, un troisième volet très attendu par les fans de la saga. Nous avons pu voir le film en avant-première, voici notre critique.

Synopsis : John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental. « Excommunié », tous les services liés au Continental lui sont fermés et sa tête mise à prix. John se retrouve sans soutien, traqué par tous les plus dangereux tueurs du monde.

Longtemps connu pour son rôle légendaire dans la trilogie Matrix, c’est depuis 2014 que l’acteur s’illustre avec John Wick, un film mettant en scène un ancien tueur à gages contraint de reprendre du service malgré lui. Avec deux films très largement plébiscités par la critique, il n’en fallait pas moins pour pousser le réalisateur Chad Stahelski à réaliser le troisième volet de la saga dont la qualité des scènes d’action impressionne par leurs réalismes. Dans Parabellum, nous retrouvons donc notre héros en pleine course contre la montre suite à sa sanction d’excommunication. Avec une tête mise à prix, il sera poursuivi tout au long du film par des tueurs sanguinaires voulant s’offrir un butin estimé à plus de 14 millions de dollars.

Reprenant tout juste là où le second volet nous avais laissé, le film commence par une scène d’action qui ne laissera pas de marbre les âmes sensibles (nous avons même vu des personnes sortir de la salle dès le début), autant le dire de suite, ce troisième volet ne sera pas une œuvre comique et Keanu Reeves n’est pas là pour rigoler. C’est d’ailleurs avec cette méthode que le film tire sa force puisqu’il est propulsé par des scènes d’action spectaculaire dont la violence, insoutenable parfois, pousse le spectateur dans ses moindres retranchements. La réalisation quasi parfaite, mijoté avec un lot d’acteurs de qualité, font de ce film, une prouesse que l’on n’avait pas vécue depuis les combats de sabre du film Kill Bill de Quentin Tarantino. Certaines scènes se veulent même tellement réalistes et bien orchestrées que l’on se demande à quel point les acteurs ont dû souffrir pendant le tournage. Il faut savoir que les entraînements suivis par les acteurs ont été très éprouvants.

Avec de nouveaux acteurs comme Cecep Arif Rahman, Yayan Ruhian et la belle Halle Berry accompagné de ses deux chiens tueurs, le réalisateur a voulu mettre en scène des acteurs pour le moins charismatiques et ténébreux. C’est d’autant plus satisfaisant d’ajouter de la fraîcheur dans un casting cinq étoiles composées du magnifique Laurence Fishburne et Ian McShane. Quant à Keanu Reeves, qui a reçu un entraînement de plus de cinq mois avant le film, nous prouve encore une fois, qu’à 54 ans, cet acteur est capable de réaliser lui-même ses propres cascades tout en manipulant les armes à la perfection. Un grand acteur que l’on aimerait retrouver dans un quatrième volet …

John Wick Parabellum de Chad Stahelski, le 22 mai 2019 au cinéma.