Avec Captain America : Civil War sorti au cinéma en 2016, Marvel introduisait pour la première fois le Black Panther, un super-héros encore inconnu venu du Wakanda (pays imaginaire d’Afrique). Il aura fallu attendre 2018 pour qu’un film entier lui soit consacré. Film parfait ou désillusion, Cervosgeek fait le point en vous livrant une critique garantie sans spoiler.

Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais aussi celui du monde entier.

À première vue, le nouveau film des studios Marvel n’avait rien à apporter de vraiment nouveau si ce n’est de l’action, de nouveaux personnages mais aussi une nouvelle histoire et pourtant il se démarque sur une chose bien précise puisque 99% du casting est Afro-Américain. C’est donc Ryan Coogler qui s’est vu confier la tâche difficile de mettre en scène un film de Super-Héros, se déroulant en Afrique, sous une Amérique divisé en deux avec les pros Trump et ses opposants. On sent belle et bien que le réalisateur offre un éloge de la culture Afro-américaine à travers différentes scènes qui rappelleront sans doute à certains, certaines époques ou même certains enjeux politiques. Le film commence d’ailleurs sur une scène tournée dans les très célèbres quartiers du Bronx à New York ou la communauté noire y est représentée.

Ce qui fait plaisir à voir, c’est que le réalisateur sait de quoi il parle et aucun enjeu politique n’est présent dans le film (si ce n’est la scène post-générique mais nous ne spoilerons pas). Avec un casting 5 étoiles composé de Chadwick Boseman dans le rôle de la panthère noire, Michael B. Jordan dans le rôle de Erik Stevens, Lupita Nyong’o dans le rôle de Nakia mais aussi Danai Gurira dans le rôle de Okoye, le film tient sa force dans le jeu des acteurs qui ont eu à coeur d’interpréter des héros Africains. Les effets spéciaux devenu choses courantes dans les films Marvel, ne dérogent pas à la règle puisque le Wakanda dispose d’une technologie sans égale et certaines scènes dans le film sont très agréables à regarder en matière de beauté mais aussi en terme d’imagination.

Le royaume du Wakanda est un pays africain fictif

Même si le film dispose de certaines lacunes, comme le fait de proposer des scènes assez longues ou bien même répétitives, Black Panther s’illustre par son ingéniosité à proposer quelque chose de réellement différents des précédents films Marvel (Il est d’ailleurs parfois marrant de se poser la question si l’on assiste bien à la projection d’un film Marvel).

Concernant les scènes d’action, qui ne sont pas les plus spectaculaires que nous ayons vus dans l’Univers cinématographique de Marvel, celles-ci s’avèrent efficace et bien amené à l’écran. Nous regrettons cependant qu’il n’y est pas vraiment eut de réel méchant présent dans le film. Les scènes d’humour, cependant, peuvent parfois rendre le film assez grotesque.