Après le très controversé Justice League, les studios DC comics nous reviennent cette fois-ci avec Aquaman, le héro des sept mers incarné par le charismatique Jason Momoa. Alors, flop de fin d’année ou réelle réussite, voici notre critique. (Article en partenariat avec Fun Radio Lorraine)

Synopsis : Les origines d’un héros malgré lui, dont le destin est d’unir deux mondes opposés, la terre et la mer. Cette histoire épique est celle d’un homme ordinaire destiné à devenir le roi des Sept Mers.

Après un Justice League très décevant en 2017, les studios DC comics se devaient de revenir en force pour concurrencer directement Avengers : Infinity War. C’est désormais chose faite avec Aquaman et son réalisateur James Wan (Fast and furious 7, Saw, Conjuring).

Avec un scénario maîtrisé qui nous raconte l’histoire d’Arthur, jeune homme élevé seul par son père suite à la disparition de sa mère (qui ne vient pas de la terre), Aquaman se révèle être un film différent des grosses productions hollywoodiennes de super héros. Sans délaisser les scènes d’action à couper le souffle, la vrai force du film réside dans le jeu de son acteur Jason Momoa aussi charismatique qu’emblématique, incarnant à souhait le futur roi des mers.

James Wan développe ici une réalisation encore jamais vue puisque les scènes d’action, filmer en général en un seul plan, sont très impressionnantes. Les spectateurs pourront ainsi profiter d’une immersion totale provoquant des moments de stress et de joie inégalable. Le travail effectué sur les effets spéciaux, les décors mais aussi les costumes (sans images de synthèse) montrent à quel point le film se veut innovant et différent. Certaines scènes (se déroulant dans la mer) font preuve d’une imagination débordante, nous rappelant sans équivoque le très légendaire Avatar de James Cameron. Il y a bien longtemps que nous n’avions plus vu cela au cinéma.

Côté casting, Nicole Kidman assure un rôle assez basique sans trop d’énergie, Patrick Wilson excelle en mode bad-ass, Amber Heard est convaincante en Mera tout en restant sublime à l’écran et Jason Momoa tue l’écran à lui tout seul. On se demande même si le personnage d’Aquaman n’a pas été créée pour lui dès le départ.

Scénaristiquement parlant, Aquaman ne se confond pas à une origine story des plus banals mais nous livre ici un film de deux heures trente remplies d’actions, d’humour et de rebondissements. Les puristes seront ravis de découvrir de nombreux mondes inexplorés mais aussi des facettes inconnues de ce super héros encore méconnu pour certains. Si DC comics veut concurrencer Marvel, il lui suffit juste de créer plusieurs films de ce genre.